LES SUJETS

II Réunion MAPDER au Mexique

II Réunion MAPDER au Mexique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Gustavo Castro Soto

En six mois à peine, le Mouvement mexicain des personnes touchées par les barrages et pour la défense des rivières a fait des progrès remarquables. Les membres du mouvement ont réussi à approfondir leur analyse et à tisser ensemble la question de l'eau, de l'électricité, des barrages, des privatisations, de la pollution de l'eau et des rivières, les processus d'accords commerciaux et la lutte pour l'environnement, entre autres éléments.

Le Mouvement mexicain des personnes affectées par les barrages et pour la défense des rivières (MAPDER) est né dans le cadre des accords et des stratégies émanant de la II Rencontre du Mouvement mésoaméricain contre les barrages qui s'est tenue à La Esperanza, au Honduras, en 2003. Au Honduras, le mouvement mésoaméricain s'est engagé à former des réseaux nationaux pour renforcer la lutte contre les barrages qui envahissent le territoire du plan Puebla-Panama. Ainsi, la délégation mexicaine a proposé de lancer la réunion I MAPDER en 2004, qui s'est tenue à Guerrero, où les communautés luttent contre la construction du barrage de La Parota. Après six mois, le II MAPDER est réalisé au fond du ravin de Huentitán où une seule femme, Guadalupe Lara, reste dans la résistance contre le barrage d'Arcediano et refuse de vendre ses terres. Cependant, de nombreuses organisations sociales, civiles et environnementales de la ville de Guadalajara dans l'État de Jalisco, entre autres, se sont associées à la lutte pour la défense de l'eau, de l'environnement et des droits de l'homme.


En seulement six mois, le Mapder a fait des progrès remarquables. Divers groupes et organisations se sont joints à cette grande alliance. Les membres du mouvement ont réussi à approfondir leur analyse et à tisser ensemble la question de l'eau, de l'électricité, des barrages, des privatisations, de la pollution de l'eau et des rivières, les processus d'accords commerciaux et la lutte pour l'environnement, entre autres éléments. Les membres de MAPDER sont désormais plus conscients et surtout l'espace d'analyse, de réflexion et de partage d'expériences a porté ses fruits dans la clarté qu'il est non seulement possible d'arrêter la construction des barrages, mais aussi de les démanteler. Il y a encore un long chemin à parcourir en matière d'organisation et de stratégies d'action, mais en six mois à peine les résultats sont importants. Le processus MAPDER s'inscrit dans le contexte de trois éléments de base: le fait que les barrages du pays terminent leur durée de vie utile de 50 ans; dans lequel le gouvernement du président Vicente Fox a l'intention de privatiser les secteurs de l'électricité et de l'eau; et en ce que le processus de mondialisation néolibérale et les accords de libre-échange jettent les bases pour tenter d'attirer les investissements étrangers, qui n'arriveront pas s'il ne dispose pas de suffisamment d'électricité, moteur de ce modèle de développement néolibéral. Dans ces trois contextes, un mouvement sans précédent surgit dans l'histoire du pays.

La troisième réunion MAPDER a été convoquée à nouveau dans l'État de Jalisco, mais maintenant dans la région où le barrage de San Nicolás doit être construit, pour le mois de mars 2006. Les communautés qui seront touchées ont offert leurs maisons et leur lutte pleine d'espoir pour accueillir le prochain match. Dans le même temps, la IIe Réunion latino-américaine contre les barrages a été convoquée dans les communautés expulsées par le barrage d'El Chixoy au Guatemala pour le mois d'octobre 2005 (voir www.mapder.org).

Déclaration de l'archidiacre

Dans la communauté d'Arcediano, municipalité de Guadalajara, Jalisco, du 11 au 14 mars 2005, nous avons tenu la IIème réunion du Mouvement mexicain des personnes affectées par les barrages et pour la défense des rivières (MAPDER). Les 350 délégués des communautés touchées par les barrages et les futurs projets hydroélectriques du pays, ainsi que ceux affectés par la contamination des rivières, proviennent de 13 entités: Jalisco, San Luis Potosí, Guanajuato, Chihuahua, Guerrero, Michoacán, Chiapas, Tabasco, Veracruz , Nayarit, District fédéral, État du Mexique et Oaxaca. En plus d'organisations invitées d'Espagne, du Belize, du Guatemala, d'Italie et des États-Unis.

Les 60 organisations présentes à la II MAPDER Meeting considèrent que le modèle de développement néolibéral, actuellement promu par le gouvernement mexicain, vise à favoriser le maximum de profit du capital dans le cadre d'un développement qui facilite l'appropriation des ressources stratégiques dans le donne quelques sociétés transnationales et grands groupes d’entreprises nationaux. Dans ce cadre et dans le contexte de l'Accord de libre-échange (ALENA), du Plan Puebla Panama (PPP) et de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA) et de l'Accord global de l'Union européenne avec le Mexique, la tendance à la privatisation de l'eau, de l'énergie électrique, de notre biodiversité, des forêts et autres ressources naturelles, le gouvernement mexicain remet la souveraineté et l'héritage culturel du peuple mexicain en échange d'une dette extérieure accrue promue par les banques multilatérales. La construction d'infrastructures telles que des barrages et autres ouvrages de communication dont les effets sont le déplacement de la population paysanne et indigène de leurs terres, des effets sur la santé des populations et d'autres dommages irréversibles, les plus touchés étant les garçons, les filles et les femmes, à l'écart. les possibilités de développement intégral et durable rompent les chaînes productives des peuples, exacerbent les migrations et l'augmentation des déplacements de leurs lieux d'origine vers les bidonvilles ou vers les États-Unis, et détruisent le tissu social des communautés. Ces barrages sont imposés sans consulter les peuples, ce qui constitue une violation de la Convention 169 de l'OIT, des droits de l'homme complets et des constitutions nationales et étatiques.

Lors de la réunion II MAPDER, nous demandons:

1) L'annulation de tous les projets de barrages au Mexique et dans toute l'Amérique latine et nous invitons la construction d'un modèle de développement durable pour et par les peuples. S'il est vrai que l'eau est une ressource renouvelable, les politiques mondiales actuelles pour son utilisation et sa gestion conduisent à l'épuisement des ressources en eau et à la rupture du cycle de l'eau.

2) Que la répression, le harcèlement et l'emprisonnement dans les communautés qui de droit légitime s'opposent et résistent à ces projets cessent. Nous demandons également le retrait de l'action pénale contre Marco Antonio Suástegui Muñoz et Francisco Hernández Valeriano, opposants au barrage de Parota et d'autres États. Plus de prisonniers pour les barrages!

3) Suspension du processus de privatisation de l'eau car il s'agit d'un droit humain inaliénable et il ne peut pas être considéré comme une marchandise telle qu'établie par l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

4) La disparition de la structure bureaucratique et inefficace de la Commission Nationale de l'Eau (CNA) et la création d'un organisme citoyen pour assurer l'autogestion de cette ressource.

5) Nous exigeons la destitution immédiate du secrétaire à l'environnement et aux ressources naturelles, l'ingénieur Alberto Cárdenas Jiménez, car il autorise tous les permis pour la construction de grands barrages et approuve les fausses analyses de l'impact environnemental qui cachent les véritables effets sur les populations et la biodiversité. Étant donné que certains secteurs académiques et autorités universitaires tels que Guadalajara, Guerrero et la plus haute maison d'études par le biais du Programme environnemental universitaire (PUMA) de l'UNAM se prêtent à des intérêts pro-entreprises, nous appelons à la création d'un corps civil interdisciplinaire de scientifiques indépendants et des chercheurs qui rendent compte de manière réelle des conséquences des plans de barrage dans le pays.

6) Que les Conseils de Citoyens de Cuenca soient constitués de sorte qu'ils ne soient pas entre les mains des représentants du gouvernement et des intérêts commerciaux.

7) Au lieu de générer des barrages (pour l'irrigation, la lutte contre les inondations, la production d'électricité et l'approvisionnement en eau) basés sur les intérêts des grands capitaux corporatifs, nous promouvons des alternatives de développement durable et décentralisé au profit de la population, dans le respect de l'environnement et de l'homme droits. Il est nécessaire de mettre en œuvre avant d'envisager la construction d'un barrage les alternatives dans l'utilisation efficace de l'eau à la campagne et en ville.

8) Nous demandons l'intervention de l'OMS pour enquêter sur les cas de maladies leucémiques causées par la contamination du bassin et du barrage d'Ahogado dans les communautés de Juanacatlán, El Salto et Cajititlán.

9) Nous exigeons une enquête sur les causes de la mort des travailleurs des barrages d'Aguamilpa (environ 300 décès, dont 37 ont été officiellement reconnus) et El Cajón (environ 30 décès) dans l'état de Nayarit.

10) Nous demandons que les meurtres des commissariats d'ejido de Nayarit, Valentín Ibarra Navarrete des Carretones de Cerritos ejido et Esteban Abreg de l'ejido de San Rafael, soient clarifiés.

11) Nous demandons l'exonération des prévenus et la libération immédiate des cinq codétenus de la prison de Puente Grande emprisonnés lors de la répression subie le 28 mai 2004 dans le cadre du III Sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne -Amérique latine et Caraïbes tenue à Guadalajara, Jalisco. De même, l'enquête sur les actes de torture et la punition des responsables.

12) Nous exigeons une compensation immédiate pour les familles inondées par les eaux usées dans la zone Huizachera.

Dans cette II Réunion:

1) Le Mapder reconnaît le problème et sympathise avec la lutte et la résistance du peuple de Jalisco et en particulier de Mme Guadalupe Lara Lara contre la construction du barrage d'Arcediano. De même, nous tenons les trois niveaux de gouvernement et leurs dépendances pour responsables de l'agression physique et psychologique que la camarade Guadalupe Lara a subie et qui pourrait en souffrir. Nous condamnons la tromperie, la fraude et la mauvaise foi utilisées par le gouvernement pour expulser la population d'Arcediano. Le Mapder soutient le retour de ladite population au juste remplacement de ses terres.

2) Le Mapder salue la lutte du peuple et des organisations de Huitiupán, Chiapas, qui a conduit à l'annulation définitive du barrage hydroélectrique d'Itzantún.

3) Le Mapder célèbre la réalisation de la protection qui suspend la construction du barrage El Cajón, à Nayarit.

4) El Mapder sympathise avec la lutte inlassable des ejidos et des communautés de Guerrero pour la suspension du barrage de La Parota.

5) El Mapder félicite l'action déterminée des habitants de Los Altos de Jalisco pour arrêter pacifiquement les travaux initiaux du barrage de San Nicolás.

Avec cette déclaration, MAPDER est solidaire des luttes de la population du Belize contre la construction du barrage d'El Chalillo.

Nous sommes solidaires du mouvement de résistance des peuples indiens contre les projets du PPP et du corridor biologique mésoaméricain (MBC).


MAPDER envoie sa solidarité au peuple maya du Guatemala qui résiste dans sa lutte pour réparer les dommages causés par la construction du barrage de Chixoy, financé par la Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement (BID) qui a causé le massacre de 400 Achí Mayas, et nous exigeons la libération des prisonniers mayas.

Avec cela, Mapder se joint à la convocation de la IV Rencontre du Mouvement mésoaméricain contre les barrages et de la III Rencontre latino-américaine contre les barrages qui se tiendront simultanément dans les communautés touchées par le barrage de Chixoy au Guatemala en octobre 2005.

De la même manière, nous nous joignons à l'appel pour le VI Forum mésoaméricain contre le PPP et les méga projets d'investissement qui se dérouleront les 4 et 5 décembre 2005 au Costa Rica.

Avec cette déclaration, MAPDER annonce l'annulation définitive du barrage d'Arcediano.

À l'occasion de la Journée internationale d'action contre les barrages et pour les rivières, l'eau et la vie. Arcediano, Jalisco, 14 mars 2005.

Jalisco: Fondation Cuenca-Lerma-Lac Chapala-Santiago (AC); Dites-le (AC); Fédération agronomique d'État; La Huizachera; Le Barzón régional; Arcediano Pro Defense Committee (AC); affecté par le barrage de La Yesca dans la commune d'Hostotipaquillo; Instituto Vida AC; Amis du Barranca AC; Comité de défense pro de San Nicolás; Institut de droit de l'environnement AC (IDEA); Tianguis Cultural Guadalajara AC; Front zapatiste de libération nationale de Guadalajara; Conseil des paysans autochtones; Institut mexicain de développement communautaire AC (IMDEC); Citoyens pour l'environnement AC (CIMA); Red Ciudadana AC; Pastorale sociale de l'Église catholique; Conseil citoyen de l'eau; Communauté indigène de Santa María Tequepexpan; Comité de l'eau et de la vie de Santa Cruz AC; Central de Organizaciones Campesinas y Populares AC (COCYP); Centre des droits de l'homme Valle de Juárez; Pouvoir Citoyen Valle de Juárez; Sud sans frontières; Collectif écologiste de Jalisco (CEJ); Réseau d'alternatives agricoles durables de Jalisco (RASA); Front d'État pour la lutte urbaine et sociale (FELUS); Coordinateur le 28 mai; des étudiants de l'Université La Salle et des étudiants en géographie et sociologie de l'UdeG.
guerrier: Conseil des Ejidos et des communautés opposantes au barrage de La Parota (CECOP); Rébellion collective; Association écologiste Guerreros Verdes de Acapulco.
Chiapas: Les abeilles; Education pour la paix (EDUPAZ), Front Chiapaneco contre les barrages (FCCRP); Centre de recherche sur les politiques d'action communautaire et l'économie (CIEPAC); Mission de Guadalupe; Coordonnatrice diocésaine des femmes (CODIMUJ); Paroisse d'Altamirano; Conseil des médecins et sages-femmes autochtones traditionnels du Chiapas (COMPTICH); Convergence des mouvements des peuples des Amériques (COMPA); Wiltliltón Huitiupán.
État de Mexico: Front des Peuples pour la Défense du Pays de San Salvador Atenco.
Tabasco: Mouvement agraire indigène zapatiste AC (MAIZ); Réseau d'action de Tabasco contre le néolibéralisme (MAIZ, Comité des droits de l'homme de Tabasco -Codehutab-, Association écologique de Santo Tomás et Comité des droits de l'homme autochtones de Macuspana).
Guanajuato: Dame AC (affectée par la société Tequen).
San Luis Potosi: Affecté par les centrales thermoélectriques de Tamaoin; AC de sauvetage écologique de l'ejido Las Palmas.
Nayarit: Affecté par les barrages El Cajón, Aguamilpa et San Rafael; Kupuri; Groupe écologique El Manglar.
Mexique DF: Radio UNAM; Réseau d'action mexicain contre le libre-échange (RMALC), Centre des droits de l'homme Miguel Agustín Pro Juárez; UPREZ; Coalition internationale Habitat AL (HIC); Greenpeace Mexique; Espace DESC; CENAMI; Centre mexicain de droit de l'environnement (CEMDA).
Veracruz: Conseil indigène d'Uxpanapa AC (CIUX);
Michoacan: chercheurs du Colegio de Michoacán; touchés par la contamination du lac Zirahuén.
Oaxaca: Centre des droits de l'homme de Ñu ujikandi; touchés par le projet hydroélectrique d'Ixtayutla; Collectif Cortamortaja; Union des communautés autochtones de la zone de l'isthme AC (UCIZONI).
Chihuahua: Affecté par la rivière Los Conchos.
Belize: Institut du Belize du droit et de la politique de l'environnement (Belpo) et We Belizeans Against Di Dam (WeBAD).
Guatemala: Front Petenero contre les barrages.
États Unis: Comité des absents de San Gaspar en action (CASA); Sauvons nos peuples; Réseau international des fleuves (IRN).
Espagne: Coordinateur des personnes affectées par les grands réservoirs et les transferts (COAGRET).

CLÔTURE DE L'ARCÉDIEN

Aux habitants de la région métropolitaine de Guadalajara, (ZMG)
Aux autorités:
C. Vicente Fox Quezada, président du Mexique.
C. Ing. Alberto Cárdenas Jiménez, secrétaire à l'environnement et aux ressources naturelles.
C. Francisco Ramírez Acuña, gouverneur de l'État de Jalisco.
H. Congrès de l'État de Jalisco.
À tout le peuple mexicain:

Les participants à la deuxième réunion nationale des personnes touchées par les barrages et à la défense des rivières (Mapder), se sont réunis dans la ville d'Arcediano, municipalité de Guadalajara, Jalisco, site où le gouverneur de l'état de Jalisco Francisco Ramírez Acuña, avec l'autorisation de C. Alberto Cárdenas Jiménez, Secrétaire à l'environnement, a l'intention de construire le barrage d'Arcediano, nous nous prononçons par:

Fermer et annuler définitivement tous les travaux, projets et / ou activités liés à la construction du barrage d'Arcediano sur la base des considérations suivantes:

Premier.- Que le projet Arcediano pour l'approvisionnement en eau de la zone métropolitaine de Guadalajara (ZMG) ne garantit pas aux habitants de la ville l'accès à l'eau potable, un droit humain fondamental pour l'existence de toute personne, en vertu du fait que:

A) L'eau sale, même avec le traitement, ne garantit pas d'éviter des dommages à la santé des habitants de la ZMG; car les autorités n'ont pas encore démontré scientifiquement ou techniquement que l'eau sera propre à la consommation humaine.

Deuxième.- Le projet Arcediano ne garantit pas le droit de chacun de vivre dans un environnement propice à son épanouissement et à son bien-être, du fait que:

A) Il a été incorrectement approuvé par le ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles, qui a complètement modifié illégalement les conditions imposées pour la construction du barrage, qui a établi qu'avant de commencer la construction du rideau et d'autres travaux, les eaux de la rivière Santiago doit être propre et toute l'infrastructure de traitement hydraulique en état de marche, pour permettre à la construction du rideau, du réservoir et du traitement de l'eau de commencer simultanément.

B) Les coûts du projet Arcediano ne sont pas réels, car ils n'incluent pas les coûts de pompage, de traitement, environnemental, social et le coût des dommages sanitaires (cumulés dans le temps).

C) Il ne garantit pas la préservation de la Barranca del Río Santiago, connue sous le nom de Barranca de Huentitán, l'un des principaux régulateurs climatiques de la ZMG, ainsi qu'un couloir naturel de faune sauvage et de flore endémique, ce qui lui confère un environnement environnemental unique. valeurs.

D) Le projet Arcediano est totalement incompatible avec la politique de conservation de la Barranca de Huentitán et du Río Santiago, qui fait l'objet d'un décret de protection depuis 1934.

Troisième.- Le projet Arcediano viole la garantie constitutionnelle du droit que chaque famille doit bénéficier d'un logement digne et décent lorsque, sans procédure régulière et annulant les possibilités de défense des habitants de la ville d'Arcediano, il a déplacé plus de 30 familles qui vivaient ici, Les jetant pour gonfler les zones marginalisées de la ville par l'intermédiaire de ses hommes de main, le Lic. Héctor Pérez Plazola, Secrétaire Général du Gouvernement de l'Etat de Jalisco et le Lic. Carmela Chávez Galindo, aujourd'hui un tout nouveau juge suppléant élu du Tribunal Administratif de l'état de Jalisco.

Par conséquent, le Mouvement national des personnes touchées par les barrages et pour la défense des rivières déclare que:

Nous avons fermé et définitivement annulé la construction du barrage d'Arcediano.

Nous réitérons notre soutien inconditionnel à C. Lupita Lara Lara, dans toutes les actions entreprises pour la défense de sa terre et du patrimoine Barranca de Huentitán des Mexicains et nous exigeons la fin de tout harcèlement de la part des autorités du gouverneur de l'état de Jalisco envers la personne et la famille.

Nous demandons:

1. Aux autorités de Guadalajara et de l'État de Jalisco, de réparer les dommages causés à leur patrimoine et à leurs moyens de subsistance, car de manière totalement arbitraire, ils ont démoli le magasin et l'ont pillé, sans payer à ce jour une indemnité raisonnable pour ces dommages .

2. Que le Procureur général de l’État de Jalisco cesse de faire double emploi avec les fonctionnaires responsables d’un acte aussi aberrant et accélère l’enquête préliminaire ouverte par C. Lupita Lara Lara pour la commission des crimes de dommage, vol, dépossession et abus d’autorité.

3. Arrêter la construction de barrages, et les entreprises déguisées à leur tour par les autorités.

Arcediano, Jalisco. 13 mars 2005

* Gustavo Castro Soto
Bulletin d'information "Chiapas al Día" n ° 457
CIEPAC, A.C.
Centre de recherche économique et politiques d'action communautaire
http://www.ciepac.org/


Vidéo: Savoureux Mexique - Échappées belles (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Kilkis

    Tu as tout à fait raison.

  2. Devon

    Merci pour l'article! J'espère que l'auteur ne dérange pas si je l'utilise pour mon document de terme.

  3. Bardawulf

    Test et niipet!

  4. Sebak

    Cette communication est))) incomparable

  5. Fercos

    Êtes-vous sérieux?



Écrire un message