LES SUJETS

McDonalds, Coca-Cola et l'obésité infantile

McDonalds, Coca-Cola et l'obésité infantile


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Pilar Galindo

Les aliments frais et cuisinés à la maison sont de plus en plus remplacés par des aliments industriels précuits contenant des conservateurs et des additifs. Sauter le petit-déjeuner, ne pas manger de fruits et de légumes tous les jours, boire du soda au lieu de l'eau et manger des bonbons et de la malbouffe nuisent à la santé et augmentent l'obésité.

Avec McDonalds et Coca-cola, l'obésité infantile augmente

Une canette de Coca-Cola ou d'autres boissons gazeuses, comme les boissons pour sportifs, contient 35 grammes de sucre, dépasse à elle seule la dose minimale et ne fournit aucun type de nutriments. Ces calories dépourvues de nutriments et chargées en sucre raffiné que nous consommons avec les aliments industriels sont la principale cause de l'obésité, qui se développe comme une épidémie, dans les sociétés modernes.


L'obésité a atteint les dimensions d'une épidémie mondiale. Mille sept cent millions de personnes sont à haut risque de développer des maladies telles que le diabète et les maladies cardiaques, liées à l'excès de poids [1] . Dans l'Union européenne, au cours des années 90, 279 000 décès de personnes de plus de 25 ans (7,7% du total) étaient imputables à un excès de poids.

En Espagne, 14,5% de la population adulte est obèse et 38,5% est en surpoids [2] . Parmi la population des enfants et des jeunes (de 2 à 24 ans), les pourcentages sont respectivement de 13,9% et 26,3%. Le taux d'obésité des enfants de 6 à 12 ans (16,1%) est l'un des plus élevés d'Europe, il a triplé en seulement 10 ans et dépasse l'obésité chez les adultes. Selon la Fédération internationale du diabète et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le surpoids et l'obésité dont souffrent les mineurs sont de plus en plus liés au diabète de type 2, jusqu'à récemment considéré comme un diabète adulte car il nécessite, pour son apparition, un surpoids prolongé.

La croissance de l'obésité et de ses maladies dérivées est liée à un mode de vie sédentaire mais surtout à de mauvaises habitudes alimentaires. Ces habitudes produisent l'obésité non seulement due à la suralimentation, mais aussi à l'excès de viande, de graisse, de sel et de sucre, au détriment du pain, du poisson, des légumineuses, des fruits et des légumes. Les aliments frais et cuisinés à la maison sont de plus en plus remplacés par des aliments industriels précuits contenant des conservateurs et des additifs. Sauter le petit-déjeuner, ne pas manger de fruits et légumes tous les jours, boire du soda au lieu de l'eau et manger des bonbons et de la malbouffe [3] , nuit à la santé et augmente l'obésité.

L'OMS recommande que, dans un régime de 2000 calories (pour un adulte), la proportion de sucre ne dépasse pas 30 à 50 grammes par jour. Cependant, il ne dit pas à la population qu'une canette de Coca-Cola ou d'autres boissons gazeuses, telles que les boissons pour sportifs, contient 35 grammes de sucre, dépasse à elle seule la dose minimale et ne fournit aucun type de nutriments. Ces calories dépourvues de nutriments et chargées en sucre raffiné que nous consommons avec les aliments industriels sont la principale cause d'obésité, qui se développe comme une épidémie, dans les sociétés modernes. L'American Academy of Pediatrics a mis en garde contre le risque de consommer des boissons sucrées. Le corps métabolise jusqu'à 100 grammes de sucre dans le foie et 200 grammes dans les muscles. Le reste se transforme en graisse. Une étude du régime alimentaire de la population scolaire aux États-Unis a montré qu'une cannette quotidienne de boisson sucrée augmentait de 60% le risque d'obésité infantile. L'augmentation des cellules graisseuses est difficile à combattre à cet âge car la restriction calorique nécessaire pour éliminer ces cellules pourrait affecter leur développement. 30% des enfants obèses finissent par être des adultes obèses.

Les enfants, les adolescents et les jeunes sont la principale cible des pressions publicitaires [4] des multinationales de la malbouffe. Cette pression dégrade vos habitudes alimentaires en une étape d'apprentissage tout au long de la vie. McDonalds et Coca-Cola s'attaquent depuis plus de 50 ans à la culture et à la souveraineté alimentaire des peuples pour imposer leur malbouffe et leurs boissons. Jusqu'à présent, personne n'a obligé ces entreprises à signaler les dangers que leurs produits présentent pour la santé. Au contraire, avec le nombre d'établissements et les ventes de ces multinationales, l'obésité et le diabète chez nos enfants augmentent également, ainsi que les maladies cardiovasculaires dans les derniers stades de leur vie.

En 2005, le gouvernement a présenté la stratégie NAOS [5] en tant que développement des recommandations de l'OMS [6] Pour lutter contre cette épidémie, ils ont souligné l'importance de prévenir les mauvaises habitudes alimentaires dès le plus jeune âge, en utilisant les mesures que chaque pays juge les plus appropriées. Mais cette politique n'a pas conscience de la relation, suffisamment démontrée, entre l'obésité et la consommation des produits de ces multinationales. Au contraire, il nie expressément cette responsabilité: «il est important de souligner que le mode de vie sédentaire et le déficit de dépenses énergétiques, causés par les nouveaux comportements et habitudes de notre société moderne, jouent un rôle majeur dans l'augmentation de l'obésité et du surpoids et de la nourriture espagnole et l'industrie des boissons, ou des produits alimentaires spécifiques ou leur publicité, ne peuvent être tenus responsables de ce problème ».


Le gouvernement utilise la stratégie NAOS pour protéger les intérêts des entreprises responsables de la croissance de l'obésité, du diabète et des maladies cardiovasculaires. Il n'évalue pas les dégâts que produit l'expansion de la malbouffe et des boissons parmi la population, en particulier chez les enfants et les adolescents. Il ne met pas en garde sur les risques de continuité de ce modèle de consommation. Il ne favorise pas la prise de conscience de la nécessité de ne pas consommer ces produits. Il n'interdit pas sa vente dans les écoles, comme demandé par la Société espagnole pour l'étude de l'obésité et la Société espagnole d'endocrinologie et de nutrition. Il ne prend aucune de ces mesures, qui visent le cœur du problème, car cela l’opposerait aux multinationales. La stratégie NAOS est une politique simulée de défense de la sécurité alimentaire afin que tout reste le même. Elle encourage les «codes de bonne conduite volontaires» pour les entreprises du secteur alimentaire qui ne servent qu'à atténuer les aspects les plus agressifs de la publicité destinée aux enfants de moins de 12 ans. Elle établit également des accords avec les multinationales de la malbouffe afin qu'elles puissent laver leur image, en les montrant comme des bienfaiteurs des plus défavorisés et à travers des campagnes qui encouragent le sport. Dans ces campagnes, les multinationales nous rappellent, cyniquement, les bienfaits d'une alimentation saine, en même temps qu'elles nous cachent les dommages que leurs produits causent à notre santé.

Remarques:
[1
]
Source: Groupe de travail international sur l'obésité: Groupe de travail international sur l'obésité

[2
]
L'obésité est considérée pour un adulte lorsque l'indice de masse corporelle (IMC) est égal ou supérieur à 30. L'IMC est le quotient entre le poids (en kg) et le carré de la taille (en mètres). Le surpoids est considéré, pour un adulte, lorsque l'IMC est égal ou supérieur à 25. Source: Société espagnole pour l'étude de l'obésité.

[3
]
La malbouffe est l'ensemble des aliments riches en sucre et en matières grasses et à faible coût qui sont vendus dans les établissements de restauration rapide.

[4
]
Les adolescents et les jeunes, ainsi que les secteurs sociaux à faible pouvoir d'achat sont plus vulnérables à l'association entre la pression publicitaire et le bas prix de la malbouffe

[5
]
NAOS: Nutrition, activité physique et prévention de l'obésité

[6
]
Voir qui. «Rapport sur la santé dans le monde 2002: réduire les risques et promouvoir une vie saine».

* Pilar Galindo, Groupe autogéré Konsumo (GAK) de CAES -


Vidéo: publicite societaire ethique 2013 (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Jerrel

    Je m'excuse, mais je pense que vous vous trompez. Je peux le prouver. Écrivez-moi dans PM.

  2. Christian

    Je suis désolé, mais à mon avis, vous avez tort. Je suis sûr. Essayons de discuter de cela. Écrivez-moi dans PM.

  3. Torht

    Brave, l'excellent message

  4. Odysseus

    Cette information est vraie



Écrire un message